Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Black Adam [2022], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 22 octobre 2022 à 09h00

Le Réveil de la Force

Les super-héros ont littéralement envahi nos écrans de cinéma avec autant de franchises, de suites comme de nouveaux personnages voulant se faire une place au sommet du box-office à l'image de Black Adam en ce mois d'octobre 2022.

Créé en 1945, le personnage de Black Adam est un antagoniste du héros de l'écurie DC Comics Captain Marvel / Shazam. Il faut ensuite attendre le début des années 2000 pour que ce dernier se voit être au centre d'un projet d'adaptation sur grand écran. Et c'est par ailleurs lors du long développement de ce projet que le nom de l'acteur Dwayne Johnson (a.k.a. The Rock) apparaît pour finalement être accolé en 2007 à celui de Black Adam. Malheureusement, il faut ensuite attendre 2014 pour que le projet soit sérieusement repris par Warner Bros. (propriétaire de DC Comics) pour qu'on reparle des deux personnages avec le développement de ce qui deviendra le sympathique mais convenu Shazam! en 2019. Le nom de Dwayne Johnson réapparaît durant le développement pour finalement faire l'objet en 2017 d'un film séparé dont Black Adam serait la vedette. L'acteur américain est devenue est des plus grosses stars du cinéma d'aventure/action ces dernières années notamment grâce à des franchises comme Fast and Furious ou Jumanji. On l'a aussi vu dans Jungle Cruise en 2021 réalisé par Jaume Collet-Serra qui se retrouve donc à la tête de Black Adam. L'hispano-américain s'est d'abord fait connaître via des films d'horreurs (La maison de cire ou Esther) comme des thrillers (Sans identité, Night Run...) avant de prouver qu'il était capable de gérer une grosse production comme une star du calibre de Johnson avec Jungle Cruise. L'acteur est par ailleurs producteur du film via sa société Seven Bucks Productions qui accompagne New Line Cinema dans cette aventure. A noter que le film est le 11ème de l'étrange DC Extended Universe dont on ne sait jamais vraiment s'il est en train de mourir ou d'être relancé. A priori la seconde option semble la plus probable puisque l'on parle d'une nouvelle Phase One avec Black Adam qui sort dans nos salles doté d'un confortable budget de 200 millions de dollars.

L'introduction du film se déroule 2600 ans avant notre ère dans la cité imaginaire de Kahndaq (située dans l'actuelle Egypte) qui est sous la coupe d'un tyran ayant réduit la population en esclavage afin de mettre la main sur de l'etermium, un minerai ayant la capacité de forger la couronne de Sabbac offrant à son porteur un puissant pouvoir diabolique. Heureusement, les plans du tyran sont contrecarrés par un jeune esclave (Jalon Christian) qui lance une révolte et est sauvé de l'exécution par de puissants sorciers lui accordant le pouvoir de Shazam. Il devient Teth-Adam (Dwayne Johnson) et disparaît au moment où il défait le tyran. De nos jours, la professeure et résistante Adrianna Tomaz (Sarah Shahi) lutte comme elle peut dans une ville de Kahndaq aux mains d'un syndicat du crime, l'Intergang, voulant en piller ses réserves d'etermium. Adrianna réussit surtout à retrouver la trace de la couronne de Sabbac mais est trahie par son collègue Ishmael (Marwan Kenzari) qui l'a vendue à l'Intergang et elle ne doit la vie sauve qu'à la présence de la tombe de Teth-Adam qu'elle réveille. Le héros est à peine réveillé qu'il élimine une grosse partie de l'Intergang mais est lourdement blessé. Il se réveille inconscient chez Adrianna auprès de son fils Amon (Bodhi Sabongui) qui tente d'en faire la sauveur tant attendu de Kahndaq. En parallèle, les Etats-Unis apprennent le réveil de Teth-Adam et décident d'y envoyer une équipe pour le neutraliser. Il s'agit de la Justice Society of America dirigée par Hawkman (Aldis Hodge) et composée de Doctor Fate (Pierce Brosnan) et des nouveaux Cyclone (Quintessa Swindell) et Atom Smasher (Noah Centineo). D'autant plus que le comportement assez vindicatif de Teht-Adam offre des doutes sur ses motivations réelles...

On ne va pas se mentir, le scénario de Black Adam ne restera pas dans les annales constituant ainsi son principal point faible. Il se concentre surtout sur le destin de Teth/Black Adam qui sera le seul personnage vraiment développé aux côtés d'une tripotée de personnages secondaires servant avant tout de faire valoir comiques ou d'ennemis/alliés potentiels. Le héros du film bénéficie donc d'un traitement plutôt efficace avec une destinée tragique et quelques surprises bien amenées à mi-parcours. On le sait, les blockbusters ont actuellement beaucoup de mal à pleinement assumer de donner la vedette à un méchant mais ce film s'en sort plutôt bien à ce niveau en semant le trouble sur un personnage principal dont l'alignement reste constamment incertain. Néanmoins l'ensemble manque aussi clairement de subtilité avec des thématiques abordées assez lourdement que cela soit la question de l'héroïsme mais aussi de la rédemption comme de la justice qui voit s'opposer un Black Adam meurtrier et un Hawkman plus procédurier à ce niveau. Mais c'est surtout à travers la Justice Society of America que le film semble vouloir dénoncer l’interventionnisme intéressé américain/occidental mais avec des sabots tellement gros que cela en est un peu risible...

Le problème du scénario vient aussi d'un sentiment de trop plein où l'on a voulu caser trop de personnages, de sous-intrigues et de péripéties dans seulement deux heures de film. Les scènes d'action sont nombreuses et les deux groupes de personnages principaux (Adrianna et sa famille ainsi que la Justice Society of America) comme l'antagoniste principal bénéficiant lui aussi d'un arc assez long se chevauchent non sans mal. Très sincèrement, Cyclone et Atom Smasher peuvent disparaître du film sans aucun souci et on aurait aussi aimé en savoir plus sur Hawkman et Doctor Fate qui semblent des personnages intéressants ayant une très bonne interaction mais dont on aperçoit que des bribes. L'autre problème est cette volonté constante d'avoir de l'humour dans un film qui finalement ne s'y prêtait pas toujours donc cela ne fonctionne que rarement. La fameuse vanne pour dédramatiser tombe souvent à plat et semble surtout parasiter ce que le film souhaite nous raconter. Pour ce qui est des connexions du film avec le DCEU, elles sont assez faibles si ce n'est la présence d'Amanda Waller (Viola Davis) qui chapeaute la mission de Hawkman et d'autres liens notamment envers le film Shazam!. Au final, on se retrouve malheureusement dans une œuvre où l'on doit avant-tout revoir ses exigences à la baisse et n'en attendre rien d'autres qu'un divertissement assez calibré capable de contenter tout amateur de blockbuster mettant en scène des super-héros.

Heureusement que les effets spéciaux sont de qualité pour nous offrir des scènes d'action assez plaisante et bien rythmées dans un film qui en propose pas mal. Après il ne faut pas être allergique aux orgies de CGI car ça part souvent dans tous les sens. Les scènes où Black Adam décime les rangs de l'Intergang sont assez jouissives comme les interventions de Cyclone et de Doctor Fate qui sont mises en scène de façon assez imaginatives. Bref, le spectacle est au moins au rendez-vous. On pourra surtout reprocher à Jaume Collet-Serra son abus des ralentis à la limite de la parodie par moments. Pour le reste, il offre un travail de qualité surtout calibré pour plaire au plus grand nombre. On sent qu'il a revêtu sans problème son costume de yes-man efficace avec les qualités et les défauts que cela entraîne. Côté casting, Dwayne Johnson (Le Roi Scorpion, Jungle Cruise...) fait ce qu'on attend de lui à savoir faire parler ses muscles en fronçant les sourcils. On ne peut pas dire qu'il livre une performance mémorable... On retiendra surtout un Pierce Brosnan (GoldenEye, Mars Attacks !...) à la beauté intemporelle qui est très convaincant en vieux sage fataliste dans le costume de Doctor Fate. A ses côtés, Aldis Hodge (Jack Reacher : Never Go Back, L'Homme Invisible...) est assez charismatique en chef d'équipe à la droiture inébranlable. Le reste du casting livre une prestation assez standardisée dans ce genre de production où chaque acteur interprété comme il faut la partition souvent assez clichée du rôle qu'on leur a attribué à l'image de Sarah Shahi (Alias, Le Congrès...) en tant que mère courage et pendule morale du film.

La conclusion de à propos du Film : Black Adam [2022]

Auteur Bastien L.
62

Black Adam est ni meilleur ni moins bon que le tout venant du film de super-héros qui sort sur nos écrans. Un spectacle standardisé qui semble souvent s'enfermer dans les formules et les tropes du genre ne réussissant qu'à en sortir à de rares reprises notamment autour du destin tragique de son héros ou de quelques personnages secondaires. Cela reste néanmoins un divertissement efficace pour ceux voulant avant-tout profiter d'un film d'action riche en effets spéciaux.

On a aimé

  • Du grand spectacle correctement mis en scène
  • Un héros au destin tragique
  • Pierce Brosnan

On a moins bien aimé

  • L'humour
  • Le scénario
  • Trop classique

Acheter le Film Captain Marvel / Shazam : Black Adam [2022] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Captain Marvel / Shazam : Black Adam [2022] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Captain Marvel / Shazam