Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Sonic Adventure 2 : Battle #2 [2002], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 26 mars 2022 à 09h00

La première de Sonic chez Nintendo

En 2002, on jouait à un jeu Sonic sur GameCube. Cela n'a l'air de rien lu comme ça aujourd'hui mais à l'époque c'était quand même un sacrée révolution dans le monde du jeu vidéo...

Comme son nom l'indique, Sonic Adventure 2 est la suite du très sympathique Sonic Adventure sorti chez nous en 1999. Un titre phare développé en interne par le constructeur SEGA pour accompagner sa nouvelle console, la Dreamcast. A peine sorti, le titre qui propose pour la première fois un jeu Sonic en 3D (alors que le hérisson bleu avait fait les belles heures de la Mega Drive tout en étant absent de la Saturn) se voit développer une suite. Cette fois-ci direction les Etats-Unis avec la Sonic Team USA en charge du projet pour son premier vrai jeu après des travaux de traduction. Néanmoins, on ne bouscule pas trop les habitudes puisque le producteur Yuji Naka (aussi un des créateurs de la saga), le réalisateur Takashi Iizuka et le compositeur en chef Jun Senoue du premier opus sont de la partie. Cette délocalisation s'explique aussi par la volonté d'américaniser un peu cet épisode puisque les développeurs s'inspirent grandement de lieux tels que San Francisco (où est basée l'équipe) et ses environs ou encore le parc national de Yosemite... L'ambition est de créer un titre avec un gameplay plus varié, un aspect plates-formes mieux maîtrisé tout en offrant un scénario plus direct, une technique plus poussée comme un nouveau personnage charismatique, Shadow. Après 18 mois de développement, le titre sort d'abord sur Dreamcast en juin 2001 mais malheureusement la console est un échec poussant SEGA à lâcher le hardware pour se concentrer sur le développement et l'édition de jeux. Le titre est ainsi porté sur la nouvelle console de Nintendo, l'ennemi de toujours, prenant le nom de Sonic Adventure 2 : Battle démontrant l'ajout d'un mode multijoueur. SEGA semble avoir perdu la guerre des consoles et Sonic doit maintenant squatter les machines du roi Mario pour continuer à exister... A noter que le jeu a aussi été porté sur PC, PS3 et Xbox 360 en 2012.

Le jeu propose deux campagnes, la première (light) met en scène les héros tandis que la seconde (dark), les méchants. Pour la première on retrouve logiquement Sonic, Tails et Knuckles alors que le premier s'évade d'un avion militaire après avoir été arrêté. Après une folle poursuite dans ce qui semble être San Francisco, Sonic se retrouve nez à nez avec une étrange personne lui ressemblant si ce n'est que son pelage est noir tirant sur le rouge au lieu de bleu. Ce dénommé Shadow utilise le pouvoir des Chaos Emerald et semble de mèche avec le docteur Robotnik qui prépare encore un mauvais coup afin de dominer le monde. Pendant ce temps, Knuckles est confrontée à l'étrange voleuse Rouge the Bat qui lui dispute la Master Emerald qu'il doit briser afin d'empêcher Robotnik de s'en séparer. Il va devoir en retrouver les différents morceaux avant Rouge... Dans la campagne dark, on découvre comment Robotnik a libéré Shadow et comment ce dernier lui donne accès à une station spatiale ayant le pouvoir de mettre la Terre sous le joug du Docteur maléfique. On va aussi comprendre comment Rouge les a rejoint tout en en apprenant plus sur le passé de Shadow...

Il est vrai que "Sonic" et "scénario" dans la même phrase a de quoi faire sourire n'importe quel gamer chevronné mais il faut quand même qu'on en parle... Evidemment, il n'est pas d'une grande qualité ayant néanmoins le mérite d'exister et de mettre en scène de manière assez classieuse les héros de la licence. Néanmoins, il s'agit surtout de péripéties dans un scénario qui ne raconte finalement pas grand chose. Le plus paradoxal étant finalement que les méchants ont une meilleure évolution que les héros (qui n'en ont pas d'ailleurs) permettant notamment de rendre assez charismatique Shadow. Mais le plus regrettable reste la manière dont les deux campagnes s'imbriquent. On pense d'abord qu'elles se complètent avant de se demander s'il ne s'agit pas de versions alternatives... Par exemple, Sonic et Shadow s'affrontent deux fois et dans chaque campagne le vainqueur est différent... Bref, on retiendra ce scénario surtout pour ses cinématiques en images de synthèse vraiment sublimes pour l'époque.

Ce qui permet de mettre en avant le fait que le jeu est techniquement et graphiquement très satisfaisant. Les personnages n'ont jamais été si bien animés et les niveaux sont vraiment beaux avec leur inspiration américaine, égyptienne ou SF. C'est assez agréable de se balader dans cette station spatiale géante permettant d'offrir de chouettes décors dans un genre futuriste via une direction artistique proche du cartoon. Cette belle variété des décors est rehaussée par un technique qui offre de grandes zones (Knuckles et Rouge), un défilement sans faille des niveaux (Sonic et Shadow) tout en sachant multiplier les ennemis comme les effets (Tails et Robotnik). Une bonne mise à jour de Sonic Adventure premier du nom afin d'offrir le plus beau jeu Sonic jamais fait. On sera peut-être plus circonspect pour l'aspect sonore du titre avec des doubleurs anglais (tous les textes sont en français dont les sous-titres) pas toujours motivés et une musique trop éclectique faisant que les morceaux sont très inégaux.

Pour ce qui est du gameplay, le jeu propose trois types de niveaux. Ceux avec Sonic et Shadow sont très classique mélangeant plates-formes et action avec un grand appétit pour la vitesse. Se sont évidemment les niveaux les plus efficaces qui offrent une mise en scène très dynamique comme des moments assez impressionnants. Le second type de niveau, ceux de Tails et Robotnik, mélangeant une sorte de rail-shooter avec de la plates-formes puisqu'on contrôle une sorte de tank devant verrouiller et éliminer les ennemis tout en progressant dans les niveaux. Ces niveaux sont aussi plaisant à faire offrant un réel défouloir via un rythme de progression plus posé. Enfin, il y a les niveaux avec Knuckles et Rouge où il faut parcourir de grandes zones à la recherche de trois morceau de la Master Emerald. Vous devez suivre les indices donnés par des ordinateurs et faire confiance à votre radar via un code couleur pour repérer les fragments. Et ce n'est pas vraiment passionnant tant le rythme est complètement cassé avec les autres niveaux faisant qu'on a plus la sensation de purges devant faire baisser le niveau d'amusement que d'une véritable variété de gameplay. Il faut aussi noter que chaque personnage peut débloquer des pouvoirs au fil de l'aventure pour renouveler un peu le gameplay et proposer de nouvelles manières de progresser. Le level-design est néanmoins assez inégal pouvant s'avérer ingénieux et permissif comme légèrement paresseux. La véritable différence avec le premier opus c'est qu'il n'y a plus les zones ouvertes entre les niveaux permettant d'ajouter plus de rythme à l'aventure.

Si l'ensemble s'avère efficace et diversifié, les niveaux plus difficiles font apparaître le plus gros défaut du titre : la gestion de la caméra. Bien trop collée au personnage que l'on contrôle et bien trop dirigiste (quand on la tourne, elle se remet ensuite directement dans le dos du personnage), elle nous frustre au plus haut point. Elle est souvent responsable de beaucoup de pertes de vie tant la visibilité est gênée notamment durant les phases de boss (très classiques) où l'on aurait aimé plus de plan d'ensemble. Cela démontre à quel point SEGA n'a pas su faire évoluer correctement ses licences à partir du milieu des années 1990 là où Sony prenait un virage plus mature et où Nintendo apportait une révolution dans le genre plate-forme. SEGA a tenté une sorte de mélange des deux avec ses Sonic Adventures tout en restant un poil trop accroché à son ADN arcade expliquant en partie sa fin au niveau hardware. Pour ce qui est de Sonic Adventure 2 : Battle, sachez qu'il existe un mode multijoueur permettant de s'affronter dans des courses de kart, du contre-la-montre ou avec les tanks evoqués plus haut. Divertissant mais pas vraiment passionnant. Il existe aussi la possibilité d'élever des petites créatures (les chaos) en mode tamagotchi mais j'avoue l'avoir laissé de côte...

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Sonic Adventure 2 : Battle #2 [2002]

Auteur Bastien L.
68

Sans être un mauvais jeu, ce Sonic Adventure 2 Battle est loin de la splendeur du Sonic de sa période Mega Drive. Le titre propose une aventure sympathique et variée techniquement costaude et plutôt jolie. L'ensemble est limité à cause d'un écart d'intérêt entre les différents gameplay et surtout à cause du pire cancer des jeux en 3D : une caméra mal gérée...

On a aimé

  • Techniquement impressionant
  • Les niveaux avec Sonic et Shadow
  • Les cinématiques en images de synthèse
     

On a moins bien aimé

  • Les niveaux avec Rouge et Knuckles
  • Le scénario trop confus
  • La caméra

Acheter le Jeu Vidéo Sonic Adventure 2 : Battle #2 [2002] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sonic Adventure 2 : Battle #2 [2002] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Sonic