Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Neon Chrome [2016], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 15 juillet 2022 à 09h00

Chrome Runner

Critique de la version Playstation Vita

Le cyberpunk, un des sous-genre les plus populaires de la science-fiction, a été décliné à toutes les sauces dans tous les types de média dont le jeu vidéo indépendant notamment avec Neon Chrome.

Né dans les années 1980, le genre du rogue-like (génération procédurale des niveaux offrant à chaque partie des environnements et progression inédits) fit un retour sur le devant de la scène au tournant les années 2010 grâce à des productions indépendantes telles que Spelunky ou les excellents The Binding of Isaac comme Rogue Legacy. Ce dernier exemple a été qualifié de roguelite, c'est à dire un type de rogue-like où il y a une progression de nos avatars entre chaque partie. Une approche offrant une meilleure attractivité comme un objectif final bien précis. Un procédé qui est au cœur de Neon Chrome développé et édité par les Filandais du petit studio de 10tons qui s'était fait connaître via des puzzle-games puis des jeux d'action nerveux comme Crimsonland. Le studio prolifique propose donc un roguelite embrassant le genre très aracade du twin-stick shooter dans un univers cyberpunk sorti entre 2016 et 2017 sur PC, PS4, Xbox One, Vita en Switch en téléchargement. A noter que le jeu n'est disponible qu'en anglais.

Si on additionne le fait qu'il s'agisse d'un titre indépendant au gameplay très arcade alors on comprend aisément que le scénario soit bien mince. En effet, le titre se situe au sein d'une cité dystopique dominée par la société tentaculaire Neon Chrome contrôlant toute la société. A sa tête se trouve l'implacable Overseer que vous avez bien décidé à renverser. Pour cela il va falloir gravir les étages de sa tour remplie de gardes, de robots belliqueux et autres pièges. Le scénario n'est qu'un prétexte où l'Overseer se livre souvent à des monologues à chaque pallier important. On ne l’écoute pas vraiment pour se concentrer sur l'action. On retiendra surtout une excellente idée : intégrer complètement la mécanique du roguelite au genre du cyberpunk. Ainsi, vous incarnez un rebelle qui contrôle lui-même des corps attaquant la tour. A chaque mort, vous contrôlez ainsi un nouvel avatar en ayant préalablement améliorer leurs capacités grâce à l'argent récolter lors de votre dernière « vie ». Diablement efficace...

Le plus gros regret face à ce titre est que l'aspect cyberpunk n'est finalement qu'une coquille assez générique quand on s'intéresse à l'ambiance qui s'en dégage ou ses décors. Bref, c'est futuriste sans être attrayant tout en étant riche en néons. On pense bien évidemment à Blade Runner quand on voit cette cité où les tours dépassent d'un épais brouillard. Mais la comparaison s'arrête là et les environnements comme les ennemis pourtant diversifiés ne se démarquent quasiment pas. Le cadre est plaisant mais il aurait pu être différent sans que cela ne soit dérangeant... Pour ce qui est de l'aspect technique, la version Vita n'est pas des mieux optimisées si ses défauts lui sont propres. En effet, le jeu rame souvent quand il y a beaucoup d'ennemis à l'écran et que ça canarde/explose de partout. De même que les chargements sont extrêmement longs. C'est assez surprenant car le jeu, sans être vilain, n'offre pas vraiment des graphismes censés mettre à genou la portable de Sony, sachant que l'option jeu en coopération y est absente...

Comme dit plus haut, le jeu est un twin-stick shooter c'est à dire que vous dirigez le personnage avec le stick gauche de la console et que vous visez avec le stick droit. Un gameplay qui demande un léger temps d'adaptation mais qui s'avère terriblement jouissif. On enchaîne donc les niveaux en défouraillant sévèrement tout en réalisant parfois des objectifs demandés (avoir telle ou telle clé, détruire un système bloquant l'accès au niveau supérieur...). En tuant des ennemis et en fouillant dans les niveaux on peut récupérer de l'argent, des armes ou des optimisations qui nous aideront à progresser. Il y a deux moyens d'améliorer son héros : trouver des cylindres offrant des améliorations (plus de vie, plus de puissance, résistance aux rockets, non-déclenchement des mines, chargeurs doublés...) que l'on peut cumuler faisant que plus on joue un personnage plus celui ci devient puissant/résistant. Entre chaque partie on peut aussi augmenter notre lignée de personnages en augmentant la vie, la puissance, l'énergie (permettant d’utiliser l'arme secondaire) ou la chance de faire des coups critiques....

Neon Chrome offre ainsi un aspect RPG des plus agréables qui permet de rendre chaque partie utile entre une réelle progression ou la recherche du loot pour améliorer la lignée de personnages à contrôler. La tour est ainsi divisée en 5 paliers et autant de boss qu'il faudra affronter. Il y a une série de niveaux puis un boss que l'on bat pour ensuite avoir le droit de recommencer chaque partie au palier supérieur. Si les combats de boss sont intéressants et assez difficiles au premier coup, on regrettera quand même que deux boss se répètent... La difficulté du jeu est progressive dans les deux sens : la difficulté augmente certes mais on arrive souvent à devenir plus puissant que le titre. Effectivement, un personnage gardé longtemps et bien amélioré peut ensuite rouler sur les ennemis. De même qu'à force d'améliorer notre lignée, on vient à bout du jeu en quelques heures. Mais ce n'est pas exactement la fin car le titre fonctionne comme une boucle puisque chaque fois que vous battez l'Overseer vous prenez sa place offrant un nouvel ennemi à déloger avec une tour à reconquérir dont la difficulté a augmenté. Bref, il y a vraiment de quoi faire étant donné l'aspect génération aléatoire des niveaux surtout que le jeu coûte 15 euros. Un prix assez doux face à ce qu'il propose.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Neon Chrome [2016]

Auteur Bastien L.
68

Neon Chrome est un roguelite efficace proposant un gameplay arcade assez jouissif et un côté RPG plutôt réussi. On enchaîne les parties avec plaisir sans pour autant être complètement charmé. Le scénario n'est qu'un prétexte et l'habillage cyberpunk manque cruellement d'originalité. D'autant plus que la version Vita n'est pas au mieux techniquement.

On a aimé

  • Une ambiance arcade efficace
  • Les améliorations ephémères ou progressives des héros
  • Bonne durée de vie

On a moins bien aimé

  • Scénario oubliable
  • Univers un peu générique
  • Version Vita techniquement perfectible

Acheter le Jeu Vidéo Neon Chrome [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Neon Chrome [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter