Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film d'animation : Le Voyage de Gulliver [1983], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 6 novembre 2022 à 09h00

Cruz Delgado face aux géants de l'animation

On ne va pas se mentir, en dehors de notre pays, on connaît très mal la production de films d'animation européens du XXème siècle comme cette adaptation espagnole des Voyages de Gulliver  malheureusement très oubliable.

Si cette production est aussi mal connue c'est aussi parce qu'aujourd'hui il est encore difficile de trouver des informations autour de cette production ibérique de 1983. On sait surtout qu'elle est l'oeuvre de l'auteur de bandes-dessinées et cinéaste Cruz Delgado qui a été derrière des séries et films animés des années 60 aux années 90. Avant ce film, on lui doit principalement le long-métrage Mágica aventura (1973) et une adaptation en série de Don Quichotte (1979). Il enchaîne donc avec une nouvelle adaptation d'un grand récit européen, Les voyages de Gulliver (1721-1735) de l'Irlandais Jonathan Swift, en se concentrant seulement sur le parcours du héros dans le pays des géants. Une adaptation par ailleurs assez éloignée du matériau d'origine que Cruz Delgado va produire et réaliser via son studio d'animation portant son nom. Le film sort ainsi au cinéma en Espagne en 1983 tout comme aux Etats-Unis puis semble avoir été d'abord diffusé à la TV en France avant une sortie en DVD à partir de la version anglaise. Un DVD datant apparemment en 2008 à l'époque bénie des années 2000 où l'on pouvait sortir un peu tout et n'importe quoi.

Le film démarre alors que le jeune Samuel Gulliver se trouve sur un bateau en pleine tempête. Malheureusement, il est projeté par dessus bord se réveillant ensuite seul sur une plage. A peine le temps de se demander où il est qu'il est attaqué par un crabe géant puis sauvé par un drôle de géant qui le ramène chez lui. Sur place, il fait la connaissance de cette famille de paysans et comprend qu'il est minuscule dans un lieu où tout lui paraît gigantesque. Il fait ainsi la connaissance de la famille et se lie d'amitié avec la fille Glundalich. Malheureusement, les parents ont d'autres projets et décident de le vendre à un forain qui s'en servira lors d'expositions. Gulliver devient un prodige dont la renommée parvient aux oreilles du souverain tandis que Glundalich fera tout pour retrouver son ami...

Je dois d'abord avouer avoir une méconnaissance totale de l’œuvre originale de Jonathan Swift donc n'espérez pas un petit jeu des comparaisons. Concentrons-nous donc seulement sur le long-métrage (durant 1h20) qui propose une histoire assez décevante. Alors certes, le film est surtout à destination des plus jeunes qui pourront sans peine être charmés par cette aventure remplie de personnages loufoques, de musiques rythmées et d'animaux géants. Néanmoins, il est dommage que le film ne cherche pas à raconter quelque chose si ce n'est la succession de péripéties vécues par Gulliver qui se retrouve à affronter des animaux géants (crabe, chat, guêpe, poisson...) puis à interagir avec une gallerie d'humains surpris par sa taille. Les personnages se succèdent en étant tous peu développés dont un héros assez transparent qui semble tiraillé entre son désir de rentrer chez lui mais qui a l'air de bien s'amuser quand même. Il y a aussi le personnage du bouffon du roi qui a peur de perdre sa place auprès d'un monarque assez guindé permettant de renouveler l'intérêt et d'offrir encore de nouvelle péripéties pour un Gulliver décidément victime de nombreux ennemis.

Il faut aussi reconnaître que l'on a apparemment affaire à une production assez modeste qui ne pouvait pas rivaliser avec ce qu'il se faisait aux Etats-Unis (Disney, les films de Don Bluth...) à la même époque. Néanmoins, le film a le mérite de proposer une direction artistique propre et assez soignée ayant un véritable cachet européen dont on sent les racines "bandes-dessinées" du réalisateur. Les décors sont bien faits et souvent détaillés et on a le droit à une belle brochette d'animaux géants et autres jouets, tous à l'aspect très cartoon, avec lesquels Gulliver va devoir se battre ou simplement interagir. Sans être incroyable, le film reste néanmoins plaisant à regarder pour ce qui est de son approche artistique. On sera néanmoins plus circonspect face aux numéros musicaux datés et qui souffrent de deux défauts majeurs : les numéros sans paroles n'ont que peu d'intérêt arrivant comme un cheveu sur la soupe semblant mettre le film en pause. De plus, les numéros chantés sont restés en anglais cassant un peu l'immersion pour ceux ne parlant (pas encore) la langue de Walt Disney.

Pour ce qui est du travail d'animation et de la réalisation, Cruz Delgado n'offrent rien de honteux ni de remarquable néanmoins. L'ensemble est correct avec une animation assez fluide que cela soit les humains mais aussi les diverses créatures mentionnées plus haut. Néanmoins, on décèle quelques boucles dans de nombreuses scènes ainsi que la réutilisation des mêmes séquences d'animation surtout quand les animaux géants interviennent. Bref, du recyclage témoignant une nouvelle fois de la modestie de cette production. Pour ce qui est de la mise en scène, elle est finalement assez fonctionnelle. C'est plus au niveau du montage que l'on peut regretter des répétitions de plans mais aussi certains durant trop longtemps comme si la production utilisait tous les moyens possibles pour que le film atteigne ses 1h20. Pour terminer, mentionnons le doublage français qui manque cruellement de conviction avec des voix très cartoon faisant penser aux séries animées diffusées à la même époque sur nos TV.

La conclusion de à propos du Film d'animation : Le Voyage de Gulliver [1983]

Auteur Bastien L.
35

On a le sentiment que critiquer Le Voyage de Gulliver revient un peu à tirer sur une ambulance tant on a affaire à une production modeste ayant pour simple ambition de faire passer de bons moments à de jeunes spectateurs. Sur ce point, cela peut être réussi face à un public peu exigeant qui appréciera les nombreuses péripéties de ce récit d'aventures. Néanmoins le scénario simpliste, les personnages transparents et la musique vieillotte ne peuvent mettre à profit une direction artistique comme un travail d'animation corrects. Alors si en plus la version française est loin d'être parfaite...

On a aimé

  • Efficace sur un très jeune public
  • Une direction artistique solide
  • Un travail d'animation correct pour une production modeste

On a moins bien aimé

  • Un scénario et des personnages très oubliables
  • Un aspect veillot et poussif
  • La version française

Acheter le Film d'animation (non sorti en salles françaises) Les voyages de Gulliver : Le Voyage de Gulliver [1983] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les voyages de Gulliver : Le Voyage de Gulliver [1983] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Les voyages de Gulliver