Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Récits surnaturels de femmes japonaises
Plongée chez les amas

Dérives est un album tragique et intimiste écrit et dessiné par Alexis Bacci, édité chez Glénat. Dans ces plus de deux cents pages, l’auteur nous plonge dans des récits fantastiques de femmes plongeuses japonaises. Surprenant et fascinant.

Tokyo, 2001. Takeshi Noda est un journaliste en pleine crise existentielle. Il ressent le besoin de fuir l’immense mégalopole bien trop peuplé. Il se fait donc engager pour effectuer un reportage à Wagu, dans la Baie d’Ago, campagne reculée du Japon. Il part alors à la rencontre d’une communauté de amas, ces pêcheuses qui plongent avec un matériel rudimentaire au cours de longues descentes en apnée.

Malgré un âge avancé, ces femmes n’utilisent aucune assistance pour leurs besognes. Et leurs exploits ne préservent pas leur quotidien de bien des dangers : que ce soit jadis des jougs yakuzas, ou désormais d’un monde rendant obsolète leur mode de vie millénaire. Takeshi écoute leurs récits, ébahi et émerveillé, parfois même effrayé.

Takeshi découvre ainsi que leur métier les a souvent placées au centre de récits déroutants : des chasses aux trésors aux rivalités sanglantes, mais aussi des drames de la jalousie aux fables inquiétantes... Captivé par leurs histoires, le journaliste commence sa propre introspection. Il sort de sa léthargie dans ce lieu reculé du monde, espace figé où semble dominer le surnaturel...

À travers ce roman graphique teinté de fantastique, Alexis Bacci nous offre l’histoire des amas japonaises, ces plongeuses fascinantes dont la tradition tend à disparaître. Il conte leurs drames, leurs vies si particulières, leurs défis quotidiens, leurs amours et les ennemis de cette congrégation féminine libre. Il les colore de scènes oniriques, parfois cauchemardesques, aux reflets expressionnistes. Les planches sont centrées sur une couleur dominante qui change, le dessin surprend et rappelle parfois la représentation des yokais. Une œuvre originale qui peut déstabiliser.

Auteur : Nathalie Z.
Publié le mardi 22 mars 2022 à 09h00

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

Pour aller plus loin grâce à nos archives

Articles de 2022 : janvier | février | mars | avril | mai