Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Destroy All Humans ! #1 [2005], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 30 août 2022 à 09h00

Grand Theft Saucer

Critique de la version PS2

Si on aime la science-fiction, c'est aussi pour ses vieilles séries B des années 1950 que l'on regarde comme un plaisir coupable histoire de bien souvent se marrer. Un sentiment que Destroy All Humans ! propose de mettre entre nos mains.

A la base de ce projet atypique, il y a la frustration du studio américain Pandemic (1998-2009) qui s'était vu refuser un projet par Microsoft car jugé trop orienté vers la jeunesse. En réaction, il y eu l'idée de créer un jeu où l'on passe son temps à dézinguer de l'être humain dans la peau d'un extraterrestre. Malgré ce maigre concept, l'idée est transmise à la filiale australienne du studio qui sort de Army Men : RTS son premier projet. Dirigée par Brad Welch, l'équipe va produire un titre proposant un croisement improbable entre Mars Attacks ! et GTA dans un délire que n'aurait pas renié Ed Wood....

Le jeu se situe aux Etats-Unis dans les années 1950 alors qu'une soucoupe volante s'écrase dans un désert avant que son étrange occupant ne soit capturé par l'armée. Très loin de là dans une autre galaxie, l'alien Orthopox-13 assiste impuissant à la scène. Il doit alors réveiller le clone de son acolyte capturé, Cryptosporidium-137 ("Crypto"), et l'envoyer sur Terre enquêter sur cet événement tout en explorant la planète. Les deux compères sont des membres de l'espèce des Furon dont les gènes commencent à tarir à force de clonages en série. Il se trouve cependant que les Furons avaient déjà visiter la Terre il y a très longtemps mélangeant leur ADN à ceux des locaux. Crypto va devoir lancer une invasion ayant pour but de moissonner les cerveaux humains afin de sauver son espèce...

Invasion extraterrestre, soucoupe volante, petits hommes gris, technologie futuriste, armée mobilisée et agence secrète... Pas de soucis, le cahier de charge du film d'invasion des années 1950 est bien rempli avec un petit plus : un humour noir comme méta très efficace. L'intrigue en tant que telle n'a rien d'extraordinaire mais l'intérêt (comme la vérité) est ailleurs. On incarne un extraterrestre sanguinaire voulant joyeusement décimer l'espèce humaine que son supérieur doit parfois refréner. Il en ressort un humour assez noir tandis que Crypto agit comme un miroir sur la société américaine (voire humaine) en tant qu'individu externe. Il décortique nos travers et autres absurdités avec un phrasé assez haineux. Et cela fonctionne parfaitement avec des dialogues sympathiques à suivre. Le jeu se veut aussi une dissertation assez acide sur la culture de l'époque, dont les séries B, imprégnées par la guerre froide. On le sait, les films de série B était souvent un moyen de mettre en scène le péril communiste tout en renforçant la puissance de la démocratie américaine. Il est donc marrant de voir comment les autorités dans le jeu camouflent les actions de Crypto en les faisant passer pour des attaques communistes tandis que l'Amérique est moquée dans toute sa splendeur. Le tout avec une pluie de références savoureuses plus ou moins récentes, pour 2005, que l'on vous laisse découvrir. Sans vraiment aller trop loin ni sans trop se prendre au sérieux, le jeu a un côté sale gosse bien trop lucide qui est vraiment rafraîchissant.

Pour laisser libre cours à l'invasion de Crypto, Pandemic a décidé de créer une poignée de niveaux qui sont de petits mondes ouverts où l'on doit y faire nos missions mais où l'on est aussi libre de faire quelques quêtes annexes comme de semer le chaos. Une idée qui n'est pas sans rappeler la saga GTA, on y reviendra, et qui tient techniquement assez bien la route pour un titre de 2005. Certes les niveaux sont parfois un peu vides mais il y a assez d'humains comme de bâtiments pour s'amuser. D'autant plus que les quelques niveaux offrent une bonne diversité entre la campagne, la petite ville, la cité californienne, les bases secrètes dans le désert ou la grande ville, Washington. Quant à la direction artistique, il faut avouer qu'elle est assez basique en ce qui concerne les humains, du classique donc de l'efficace. Il en va de même pour Crypto et sa soucoupe qui ont un certain cachet mais qui doit immédiatement rappeler tout un imaginaire de SF servant le propos du jeu. Bref, on apprécie se balader dans les décors tissés par Pandemic afin d'y semer le chaos.

Le jeu se déroule en plusieurs missions dans les différents petits mondes-ouverts du titre. Crypto y est envoyé avec une succession d'objectifs bien précis puis peut ensuite laisser libre cours à ses envies. Les niveaux font évidemment progresser l'histoire en permettant de débloquer les différentes armes, gadgets et fonctionnalités de la soucoupe car la progression s'effectue autant à pied que dans les airs. Crypto dispose comme armes d'un rayon électrique, d'un blaster désintégrateur ou de bombes à déclencher. Il peut aussi utiliser ses pouvoir de télékinésie, contrôler des humains par la pensée ou se faire passer pour eux via un hologramme. La sonde anale est évidemment aussi de la partie comme le fait de pouvoir faire exploser les têtes pour en extraire le cerveau. Enfin la soucoupe comprend un rayon laser, de quoi enlever des humains mais aussi des charges sismiques et autres bombes surpuissantes. Rajoutez à cela la possibilité d'utliser le jetpack et vous avez de quoi vous amuser en semant le chaos à la manière d'un GTA dont on retrouve aussi le principe d'indice de recherche faisant intervenir la police, l'armée puis le Majestic, agence gouvernementale secrète qui s'est préparée à l'invasion...

Si le côté défouloir assumé est très efficace c'est parce qu'il est évidemment jouissif de détruire une ville via une soucoupe volante ou de désintégrer des humains façon Mars Attacks ! Destroy All Humans ! peut être considéré comme un GTA-like tant son ton et son gameplay y font penser sans que jamais le génie de Rockstar ne soit atteint. Le principal problème vient dans l'extraction d'ADN nécessaire à la progression du jeu comme pour améliorer ses armes et sa soucoupe. Cela est bien trop long et rébarbatif faisant que le plaisir de jeu en prend un sacré coup. De même, les possibilités de gameplay s'amenuisent bien trop vite quand on a dépassé le côté découverte/défouloir du titre. Les missions s'enchaînent sans qu'aucune ne soit vraiment marquante (sauf peut-être les toutes dernières) avec peu d'originalité et surtout une difficultés mal calibrée. On peut parfois se retrouver au cœur d'un déluge de feu ennemi (sur Terre comme dans les airs) sans pouvoir faire grand chose si ce n'est trépasser et recommencer TOUTE la mission même si on avait réalisé la plupart des objectifs. Malgré une durée de vie solide, les quêtes annexes ne passionnent guère et on peut comprendre que de nombreux joueurs abandonnent l'aventure principale une fois tout l'équipement débloqué. On a donc le sentiment que Pandemic avait un concept fort sachant le mettre en scène correctement mais ayant peiné à en faire un véritable jeu sur la longueur. Dommage...

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Destroy All Humans ! #1 [2005]

Auteur Bastien L.
65

Si on apprécie autant l'ambiance parodique dopée à l'humour noir de ce récit SF délicieusement rétro que son aspect défouloir nous faisant incarner un envahisseur violent, on reste quand même sur notre faim. Le gameplay peine à convaincre sur la longueur et la succession de missions finit par lasser par un cruel manque de créativité.

On a aimé

  • L'aspect série B référentiel et moqueur
  • Un bon défouloir
  • Un humoir noir très efficace

On a moins bien aimé

  • Le jeune peine à rester convaincant sur la longueur
  • Des missions trop répétitives
  • Difficulté mal calibrée

Acheter le Jeu Vidéo Destroy All Humans ! #1 [2005] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Destroy All Humans ! #1 [2005] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter