Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de société : Kemet : Blood and Sand [2021], par Christophe H.

Avis critique rédigé par Christophe H. le dimanche 11 juillet 2021 à 09h00

le retour de la momie

« Kemet : Blood and Sand » proposé par Matagot ce mois-ci est le descendant direct du jeu de stratégie-conquête « Kemet » paru en 2013 et créé par Jacques Bariot et Guillaume Montiage. Il peut être joué de deux à cinq joueurs.

Fort d’une communauté impliquée et d’une première édition qui a su convaincre et a fait ses preuves au milieu de gros titres, cette première version du jeu a connu plusieurs ajustements et équilibrages au fur et à mesure des années, proposant en 2019 la version 1.5, la dernière avant ce « Blood and Sand ».

Pour information, « Kemet : Blood and Sand » a fait l’objet d’un financement participatif sur la plateforme Kickstater, réussissant à fédérer plus de 10 500 participants pour ce projet. Ce modèle semble se péréniser puisqu'actuellement, l'éditeur propose la même chose pour un autre titre phare de son catalogue : "Clash of cultures".

Présentation :

Dans une Egypte Antique fantasmée, les puissants dieux lancent leurs troupes dans des batailles titanesques pour asseoir leur puissance. Dans le désert ou aux pieds de temples gigantesques, ils utilisent leurs nombreux pouvoirs pour soutenir leurs troupes, contrôler des créatures mythologiques et accéder à la victoire.

Je vous ai dit qu'il y avait un côté "épique" ? 

Le fond reste le même, vous allez incarner une divinité de l’Egypte : Anubis, Bastet, Horus, Ouadjet ou Sobek et vous allez devoir étendre votre renommée à travers le pays en affrontant vos adversaires par l‘intermédiaire de vos armées, en bâtissant vos pyramides ou en contrôlant des lieux de cultes.

Pour ceux découvrant le jeu, un aperçu rapide des règles semble de bon aloi. Chaque tour s’articule autour de deux phases :

  • La phase de jour va vous permettre de réaliser cinq actions (chaque joueur en réalise une avant de passer la main au joueur suivant jusqu’à ce que chacun les ait effectuées). Ces actions vont vous offrir un panel de possibilités allant du recrutement d’unités à l’achat de « pouvoirs », de la construction de pyramides aux déplacements de vos armées…
  • La phase de nuit qui va permettre de marquer des points en fonction du contrôle que vous avez sur le plateau, d'utiliser des points "vétérans" pour acquérir des influences divines 

Mais le jeu possède surtout « deux mécaniques principales » qui en font tout le sel. La première est la montée en puissance de chaque dieux (joueurs) grâce à l’achat de tuiles « pouvoir ». Ces dernières, que vous choisirez et paierez avec des points de prières (je ne vous ai pas encore parlé du côté immersif du thème ?), vont vous aider dans votre développement et votre stratégie. Ce sont elles, entre autre, qui offrent le contrôle de créatures mythiques. Elles vont offrir des pouvoirs de plus en plus puissants au fil de la partie. Pour les acquérir, il faudra avoir suffisamment de points de prières mais également un chantier suffisamment avancé de la pyramide correspondante.

La seconde est celle du combat. Les batailles (entre autres choses) vont permettre de gagner des points de renommée et le premier joueur commençant son tour avec neuf de ces points est déclaré vainqueur. Le système de combat est simple et efficace. Il suffit d’additionner la force des unités et créatures présentes, de jouer une carte combat face cachée (ajoutant de la force, des blessures ou des boucliers à l’armée de chaque joueur) et des cartes d’interventions divines pouvant apporter des bonus ou du bluff. Les joueurs révèlent en même temps et le vainqueur est celui qui a la plus grande valeur de combat. Une armée peut gagner mais subir un plus grand nombre d’unités détruites. Tout ceci dépend des choix de cartes fait par chacun.

Jouer c’est bien, mais comment gagne t-on ?

Sera déclaré vainqueur de la partie le joueur qui commencera son tour avec neufs points de renommée. Le « timing » est intéressant, il permet de laisser aux adversaires un tour pour changer la situation. Le bémol de cette règle et qu’il peut parfois y avoir un joueur qui prend le rôle de « faiseur de roi » et qui, par le choix de sa dernière action, va donner la victoire à l’un ou l’autre de ses adversaires. Cette configuration de fin de partie n’est pas systématique mais elle peut arriver notamment à trois joueurs.

Pour récolter des points de renommée, il existe différentes possibilités. En phase de jour, en remportant une bataille (en étant attaquant), en contrôlant une pyramide dont la construction est achevée, en prenant possession d’un temple. Certains points de renommée sont acquis pour la partie (gain de batailles, tuile pouvoir), d’autres sont temporaires, ils peuvent changer de mains en cours de parties (contrôles de zones). En phase de nuit, en fonction des zones que vous contrôlez, vous aurez également des possibilités de scorer.

Si le fond est très proche de la première version, la forme, elle, a sacrément évoluée !

Cette présentation ne comprend pas les tuiles pouvoirs, si vous n'avez qu'une petite table, il vous faudra trouver une solution.

Le plateau a connu un rafraichissement bienvenu, les figurines de créatures sont belles, détaillées, et donnent une véritable impression de poids lourds sur le plateau. Mais surtout, au-delà du côté esthétique de ce « Blood & Sand », la bonne idée, c’est la présence des plateaux de tuiles pouvoirs qui vous permettent de les déposer directement dans le bon ordre sur la table de jeu. Un gain de temps fort appréciable lors de la mise en place. A côté de cela, nous avons également de belles aides de jeux pour chaque joueur et un livre de règle concis mais très clair ne laissant pas de place au doute ou à l’interprétation. Concernant ce dernier, le seul petit bémol vient du fait que la photo présentant la mise en place ne correspond pas aux indications à suivre pour les pyramides mais le texte est clair et c’est bien ce qui compte.

 

La conclusion de à propos du Jeu de société : Kemet : Blood and Sand [2021]

Auteur Christophe H.
95

Ce « Kemet : Blood & Sand » est une réussite ! Tout en gardant les atouts de sa version précédente, il peaufine et met au goût du jour l’esthétique. En huit ans, ses points forts ont fait de lui une référence dans sa catégorie. On peut citer, entre autres choses, un équilibrage réglé aux petits oignons, un thème puissant et très bien rendu, des règles accessibles avec une prise en main dès le premier tour et une rejouabilité intéressante. Le tout servi par un beau matériel, ce qui rend l'ensemble encore plus agréable.

On a aimé

  • Thème immersif : prières pour acquérir de pouvoirs, créatures mythiques, construction de pyramides par étape…

  • Rejouabilité

  • Equilibre

  • Richesse de choix de jeu

  • Matériel qualitatif

  • Règles accessibles et aides de jeux individuelles

On a moins bien aimé

  • Possibilité d’un joueur « faiseur de roi » en fin de partie

Acheter le Jeu de société Kemet : Blood & Sand : Kemet : Blood and Sand [2021] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Kemet : Blood & Sand : Kemet : Blood and Sand [2021] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter