Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Champions of Norrath : Return to Arms #2 [2005], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le lundi 27 décembre 2021 à 09h00

Un retour aux armes un peu précipité

Comment n'importe quel média, le jeu vidéo a toujours su user des licences, des genres et des concepts jusqu'à la corde quand bien même on est capable d'en être aussi conscients que contents. Un paradoxe bien mis en scène par Champions of Norrath : Return to Arms.

Au commencement était Diablo, une licence qui popularise le hack'n slash et donna évidemment naissance à un certains nombres de clones. Parmi eux, on trouve Dark Alliance (2001) développé par les Américains de Snowblind Studios (1997-2012) qui avaient réussi à produire un excellent titre s'adaptant parfaitement à la PS2 notamment grâce à l'expertise de Chris Avellone, un très grand nom du RPG occidental. S'ensuivit une suite, Dark Alliance 2, toute aussi réussie mais développée ailleurs. Snowblind proposa néanmoins en 2004 Champions of Norrath, véritable suite spirituelle se déroulant cette fois-ci dans l'univers du MMORPG EverQuest (lancé en 1999) et toujours exclusif à la PS2 de Sony. Un titre plaisant mais qui commençait déjà à bien sentir le réchauffé. Snowblind persista néanmoins avec la sortie de Champions : Return to Arms dès l'année suivante et toujours une exclusivité PS2 puisque EverQuest était alors une licence appartenant à Sony. Si Chris Avellone avait travaillé sur le premier opus, il n'est pas de suite ayant quitté un navire qui commençait un peu à tourner en rond...

L'un des principaux reproches que l'on peut faire au titre, édité chez nous par Ubisoft, est finalement qu'il est sorti à peine un an après le premier opus. Cela se ressent beaucoup notamment dans un scénario qui est quasi-inexistant. Il y a quand même une trame qui nous met face à la haute-elfe Firiona Vie qui réclame que des champions voyagent entre différents plans pour récupérer des artefacts dont la disparition menace l'équilibre du monde. Il y a bien quelques PNJ expliquant leur situation et la possibilité de finalement travailler pour le mal mais rien y fait, on se moque complètement du scénario. Peut-être que les fans d'EverQuest seront plus sensibles aux rencontres et aux quelques tirades, à première vue absconses, qui interviennent parfois. Non pas qu'on s'attendait à un scénario exceptionnel mais le premier opus et les deux Dark Alliance avait au moins le mérite d'offrir quelque chose avec une réelle montée en puissance, des enjeux... Ici on se contente d'enchaîner les différentes missions dans des plans astraux en faisant des allers-retours vers Firiona Vie afin de voir ce qu'elle peut nous vendre... Bref, on ne joue clairement pas au titre pour son histoire complètement bâclée.

Bénéficiant donc de la licence EverQuest, le jeu prend place dans un univers héroïc-fantasy assez classique qui fait quand même la part belle aux passages entre plans pour offrir des ambiances différentes. Le jeu nous plonge ainsi dans des îles paradisiaques, des forêts elfiques, des hautes-montagnes enneigées, de sombres grottes mais aussi des lieux plus originaux comme une décharge peuplée d'automates ainsi que des plans basées sur la maladie ou le cauchemar. Chaque niveau dispose d'une identité forte avec ses propres ennemis bien dessinés comme bien animés. On a le sentiment de parcourir tout un catalogue de l'héroïc-fantasy avec quelques originalités bien agréables. Les équipes artistiques de Snowblind nous font ainsi plaisir avec un jeu qui est toujours très agréable à parcourir offrant de véritables voyages pour un dépaysement, certes un peu violent. L'ambiance sonore est passable avec un doublage VF pas toujours convaincant et des musiques d'Inon Zur trop courtes et qui se déclenchent souvent bizarrement. En revanche, on peut être plus mesuré sur l'aspect technique du titre tant le moteur du jeu, apparemment le même depuis Dark Alliance, n'a pas vraiment évolué donnant cette impression de déjà-vu pour qui a parcouru toute cette double-série de hack'n slash sur PS2. Si cela était quand même assez impressionnant en 2001, les joueurs de 2005 (et encore plus d'aujourd'hui) n'avaient vraiment pas de quoi être chamboulés. Le titre, étant pensé pour une vue de dessus, affiche ses tares en solo quand on peut mettre la caméra plus proche du sol. Cela reste néanmoins correct, notamment dans le nombre d'ennemis affichés à l'écran, mais on sent encore une fois qu'un développement d'un an ne pouvait permettre une réelle évolution technique.

Les connaisseurs savent que le hack'n slash ne fait pas dans la subtilité et Champions : Return to Arms n'échappe pas à la règle. Le titre nous offre néanmoins pas moins de 7 personnages jouables selon différentes races et classes. On peut contrôler un guerrier barbare, un efle des bois ranger, un clerc haut-elfe, un sorcier humain, un elfe-noir, un shaman d'une race reptilienne ou un berserk d'une race à l'apparence de tigre. Le tout avec le sexe de son choix. Un panel plutôt impressionnant permettant une durée de vie assez conséquente. Déjà que le titre propose entre 10 et 15 heures pour un premier run, il y a de plus plusieurs embranchements, différentes races/classes et des modes de difficulté accessibles par niveaux. De quoi amuser pendant un moment ceux mordus par cette fièvre du hack'n slah, un plaisir simple qui demande surtout d'occire des ennemis par dizaines dans des niveaux plus ou moins tortueux.

Encore une fois, le titre ne présente qu'une petite évolution par rapport au premier opus et tente même quelques nouveautés de game design qui malheureusement ne fonctionnent pas toujours. Le fait de n'avoir qu'un hub central pour commercer est assez pénible et répétitif. Le jeu propose même une sorte de phase d'infiltration par moments mais qui s'avère assez ratée. On s'amuse quand même à défoncer de l'ennemi par paquets de 12 à l'aide d'un simple bouton. Nos personnages ont des capacités spéciales (en plus de pouvoir parer comme se redonner de la mana et de la vie) mais on ne peut qu'en avoir deux à rapidement utiliser. Sinon c'est assez fastidieux d'aller les déclencher dans un menu. Les joueurs adeptes des personnages utilisant la magie seront donc un peu désavantagés à moins d'être accompagné de son tank à l'aide de 1 à 3 amis en local. Il y a toujours le même système d'XP avec le passage des niveaux nous permettant d'améliorer les statistiques générales de notre champion ou nos pouvoirs/capacités préférés. On retrouve donc ce petit effet grisant de tout bon RPG d'améliorer comme de paramétrer son personnage. Le hack'n slash vaut aussi pour le loot qui permet d'améliorer notre équipement avec des armes, de nombreuses parties d'armure comme des objets augmentant nos capacités. On peut aussi en ramasser pour faire grossir son pécule auprès des marchands, autre moyen d'améliorer ses équipements. Bref, il y a vraiment de quoi s'amuser dans un titre assez complet mais qui sent tellement le réchauffé...

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Champions of Norrath : Return to Arms #2 [2005]

Auteur Bastien L.
60

Champions : Return to Arms est un honnête hack'n slash sur consoles mais qui a le défaut d'être le quatrième épisode d'une saga où il fait figure du faignant de la bande. Il est évidemment complet et permet de s'amuser à plusieurs sur de nombreuses heures avec un mélange de classique comme d'efficace tant dans sa direction artistique que ses mécaniques de jeu. Néanmoins son absence de réel scénario, son gameplay peu évolué et sa technique datée à sa sortie ne l'aident pas vraiment.

On a aimé

  • Une belle ambiance héroïc-fantasy
  • Un hack'n'slash honnête et complet
  • Toujours marrant en coopération

On a moins bien aimé

  • Pas vraiment de scénario
  • Trop similaire à l'opus précédent
  • Une technique datée

Acheter le Jeu Vidéo EverQuest : Champions of Norrath : Return to Arms #2 [2005] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de EverQuest : Champions of Norrath : Return to Arms #2 [2005] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de EverQuest