Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film d'animation : Le Livre de la jungle [1968], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 7 avril 2022 à 09h00

Il en faut peu pour être heureux !

Critique de la version française.

Considéré à juste titre comme un des pépites des studios Disney, Le Livre de la jungle est une œuvre intemporelle qui porte la marque du grand Walt Disney pour qui ce fut la dernière production.

Comme souvent pour les longs-métrages d'animation Disney, le géant du divertissement américain adapte un auteur européen de manière plus ou moins fidèle avec une production plus ou moins linéaire. Pour ce qui est du Livre de la jungle, l'idée de l'adaptation du classique de l'écrivain Rudyard Kipling vient du scénariste Bill Peet proposant le projet après les résultats en demi-teintes de Merlin l'enchanteur (1963). Walt Disney accepta mais ne fut pas convaincu par le traitement de BPeet le jugeant trop sombre pour un divertissement familial entraînant une brouille entre les deux hommes. Disney implique donc une nouvelle équipe de scénaristes (pour une adaptation très libre des récits de Kipling) ainsi que de nouveaux compositeurs pour s'occuper des chansons du film : les frères Richard et Robert Sherman alors portés par le succès de Mary Poppins. La production commença réellement au printemps 1966 sous la houlette de Wolfgang Reitherman déjà réalisateur des Les 101 Dalmatiens et de Merlin l'enchanteur. Même si on peut plus le voir comme un chef d'orchestre et un superviseur étant donné l'emprise de Walt Disney sur la production, la liberté accordée aux frères Sherman et au fait que les grands animateurs de la firme aux grandes oreilles étaient responsables de leurs séquences. Une façon habituelle de travailler pour le studio allant aboutir à un classique de l'animation racontant les aventures d'un enfant sauvage entourés d'animaux merveilleux.

Située dans une jungle en Inde, le film commence alors que la panthère Bagheera découvre un bébé esseulé qu'il décide de confier à une famille de loups. Dix ans plus tard, le bébé portant le nom de Mowgli (et surnommé « petit d'homme » par tous les animaux) a bien grandi parmi les loups mais sa présence pose problème. Le tigre Shere Khan est de retour dans cette partie de la jungle et voue une haine féroce envers les hommes. Le conseil des loups, ayant peur de la réaction du tigre s'il apprend qu'ils protègent un homme, décide que Mowgli doit partir. Bagheera propose ainsi de conduire Mowgli au plus proche village des hommes. Le voyage commence pour le jeune héros et il sera fait de nombreuses rencontres : le dangereux serpent Kaa, une marche militaire d'éléphants, le très sympathique ours Baloo, le très jazzy roi orang-outan Louis ainsi que l'inévitable Shere Khan.

D'un point de vue scénaristique, Le Livre de la jungle fait beaucoup penser à Alice au pays des merveilless comme à Merlin l'enchanteur dans les sens où le scénario repose surtout sur sa succession de péripéties faites de rencontres pour le personnage principal. On suit donc Mowgli alors qu'il va rencontrer plusieurs animaux, amis comme ennemis, ce qui va grandement rythmer le récit. La force du film vient de chaque nouvelle apparition qui offre de nouvelles interactions avec le héros. Interactions souvent drôles, parfois touchantes et quelque fois dangereuses offrant un bon divertissement familial. On pourrait néanmoins trouver que le rythme est assez inégal dans la seconde moitié du métrage avec un ralentissement peut-être là pour passer la barre des 1h15... On apprécie néanmoins le récit pour ses dialogues et son humour très efficace (et très cartoon) sans oublier les intermèdes musicaux très entraînants. Il y a évidemment un fil rouge thématique autour de la condition humaine de Mowgli dans une nature sauvage face à des animaux aux comportements néanmoins très humains. Il y a une ambivalence intéressante entre l'humain et l'animal chez tous les personnages du film qui fonctionne plutôt bien.

Le film vaut aussi pour sa beauté formelle avec une jungle luxuriante peuplée d'animaux où l'aspect animal est respecté tout en apportant un aspect humain dans leur faciès comme leur comportement. Une direction artistique que l'on doit à l'expérimenté Ken Anderson ayant réussi son coup via des personnages accrochant tout de suite l'oeil en étant aussi complètement raccord avec le décors. Le tout baigné dans des couleurs chaudes. Les décors de ce film (principalement la jungle et une cité perdue) ne sont certes pas aussi stylisés que d'autres métrages précédant du studio mais sont un complément discret comme efficace pour renforcer l'intrigue. Il faut évidemment mettre en avant la bande-son incroyable du film grâce d'abord à un doublage français très efficace (notamment Roger Carel pour interpréter le serpent Kaa) et surtout des chansons incroyables. Le Livre de la jungle peut prétendre à mes yeux pour la place du film d'animation Disney ayant les meilleures chansons. Et la concurrence est rude. Complètement influencées par le jazz (dont on retrouve des artistes de la discipline parmis les voix originales), les chansons sont un régal pour les oreilles offrant les meilleurs moments du film à travers notamment les chants de Baloo ou du roi Louis.

Ce qui fait évidemment la force de ce long-métrage est l'incontestable qualité de son animation. Malgré l'aspect légèrement cartoon des animaux, les animateurs ont réussi à rendre justice à leur souplesse comme à leur puissance avec une fluidité parfaite. Que cela soit les danses endiablées du roi Louis ou la puissance pataude des éléphants, c'est un vrai régal. Les studios Disney sont clairement au sommet de leur art à cette époque et chaque responsable de séquence s'est surpassé pour nous en mettre plein les yeux. Quoique l'on pense de ce film, la magie de l'animation 2D opère comme jamais aux yeux des plus jeunes (comme des moins jeunes) qui restent émerveillés par le spectacle. Et comme souvent avec les studios Disney, on ne peut pas dire que le réalisateur Wolfgang Reitherman impose son empreinte sur le film tant il est surtout au service de la liberté créatrice des animateux comme des frères Sherman (sans oublier les improvisations constantes des comédiens de doublage dans la version originale). Reitherman est maître de la cohérence du film comme d'une mise en scène fonctionnelle cherchant l'efficacité notamment via un montage judicieux pour donner de l'ampleur au rythme du film. Le réalisateur est aussi dépendant des volontés du grand Walt Disney qui décède malheureusement lors de la production du long-métrage dont il ne verra pas la version finale. Ses studios lui ont quand même offert un bel hommage avec Le Livre de la jungle.

La conclusion de à propos du Film d'animation : Le Livre de la jungle [1968]

Auteur Bastien L.
80

Véritable classique des studios d'animation Disney, Le Livre de la jungle n'a comme principal défaut une seconde moitié moins maîtrisée que la première. Mais pour le reste, on se régale d'un spectacle qui charme petits et grands grâce à des personnages attachants, une direction artistique solide, une animation parfaite et une musique intemporelle.

On a aimé

  • Un divertissement enchanteur
  • L'animation
  • Les musiques

On a moins bien aimé

  • Une second moitié moins maîtrisée
  • Un scénario se reposant surtout sur les péripéties
  • Une mise en scène surtout fonctionnelle

Acheter le Film d'animation Le Livre de la jungle [1968] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Livre de la jungle [1968] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Le livre de la jungle