Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Mobilis in Mobile #2 [2021], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le mercredi 10 novembre 2021 à 08h00

Quand le capitaine Nemo suit ses propres objectifs

Mobilis in mobile est le deuxième volet d’une trilogie uchronique et steampunk : Nautilus. Ce très bel album suit de près le premier et contient également un cahier graphique. La trilogie s’assombrit et promet un final mouvementé.

1899. Depuis près d’un siècle, la Russie tsariste et l’Empire britannique se livrent une guerre secrète d’espionnage dont l’enjeu n’est autre que le contrôle du Raj, le territoire colonial anglais des Indes. Cette guerre est appelée par ses protagonistes, le Grand Jeu. Au fil des siècles, la frontière entre Grande Russie et Empire britannique a considérablement diminué, les déserts et montagnes ne sont plus insurmontables et ils ne sont plus désormais qu’à quelques kilomètres l’un de l’autre. La moindre étincelle pourrait entraîner une guerre directe. Lorsqu’un navire est coulé dans le port de Bombay par un agent double, le conflit semble inévitable. Kimball O’Hara, injustement accusé du drame, sait que dans cette épave se trouvent des documents pouvant l’innocenter et arrêter l’escalade vers la guerre.

Pour cela, il a libéré d’une prison sibérienne le capitaine Nemo vieillissant. Une alliance fragile est passée entre les deux hommes. Nemo doit utiliser le Nautilus pour aider Kimball en échange de cette libération, mais Kimball a menti et n’a pas révélé au capitaine qu’il était anglais.

Pour Nemo, Kim est Jean Paillole, un agent français et s’il a des doutes sur son sauveur, le capitaine est prêt à tenir sa part du marché même s’il ne souhaite absolument pas arrêter une guerre qui impliquerait l’Empire britannique. L’évasion de Nemo n’est pas passé inaperçu et le Nautilus est rapidement pourchassé. Le ton monte vite entre les deux hommes alors que la menace pèse qu’elle soit anglaise ou russe.

Les dessins de Guénaël Grabowski sont toujours aussi superbes, Que dire des couleurs aussi qui créent une atmosphère steampunk élégante et cela même dans les profondeurs sombres où navigue le Nautilus. Le submersible est absolument magnifique et impressionnant. La course poursuite en est d’autant plus vivante. Cet album est immersif et si l’histoire posée dans le premier tome, se déroule vers une fin violente et décisive pour l’avenir des Empires en place mais aussi de notre héros. Un bel hommage à Jules Verne et Rudyard Kipling, une ode au steampunk, pour les amateurs du genre.

 

 

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Mobilis in Mobile #2 [2021]

Auteur Nathalie Z.
91

Superbe album au dessin précis, au trait acéré et aux couleurs éclatantes ! La suite de l'intrigue est plus sombre et notre héros Kim O'Hara a bien du mal à canaliser son nouvel allié, le terrible capitaine Nemo alors que les Anglais et les Russes sont proches. Palpitant, ce deuxième opus annonce un final explosif. 

On a aimé

  • Le dessin somptueux
  • L'ambiance steampunk
  • Le capitaine Nemo
  • La tension qui monte

On a moins bien aimé

  • Evidemment on reste sur sa faim, vivement le final !

Acheter la Bande Dessinée Nautilus : Mobilis in Mobile #2 [2021] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Nautilus : Mobilis in Mobile #2 [2021] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Nautilus