Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu vidéo : Assassin's Creed III : Benedict Arnold #3 [2012], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 17 février 2021 à 09h00

Tu es un traître, comme ton prénom le laissait deviner

Les éditeurs tels qu'Ubisoft ont souvent eu une pratique du DLC assez particulière comme sur sa saga Assassin's Creed avec du contenu exclusif à une seule console, la PS3 en l’occurrence dans ce cas.

Lors de la sortie d'un gros jeu comme Assassin's Creed III en octobre 2012, il peut arriver que des accords soient passés avec les constructeurs. Entre Sony et Ubisoft, cela se fit sur la sortie d'un DLC à télécharger à l'aide d'un code exclusif pour tout acheteur du jeu dans sa version PS3. Un moyen de faire pencher la balance des joueurs vers cette console ou de les récompenser de leur fidélité ? Voire pour inciter les joueurs à acheter le titre en neuf puisqu'en occasion, le DLC passe tout de suite à 5 euros. Bref, une stratégie d'éditeur discutable pour une histoire centrée sur le traître le plus célèbre de la Révolution américaine.

Pour nous Français, le nom de Benedict Arnold n'évoque pas grand chose alors qu'il est synonyme de trahison outre-atlantique car l'homme, général patriote, aurait tenté de vendre la reddition du fort de West Point qu'il commandait en 1780. Implémenté dans le DLC, cet événement voit Connor travaillé pour Washington lui demandant d'enquêter sur la présence d'espion à West Point tout en les éliminant si possible. Connor va ainsi se retrouver dans une situation bien plus complexe exigeant de la discrétion et quelques filatures alors que les Anglais se rapprochent dangereusement.

La durée de vie du DLC n'excède malheureusement pas les 30-40 minutes mais propose au moins une nouvelle zone. Il s'agit de West Point qui mélange une zone rurale et un fort en bois. La zone n'est pas désagréable à parcourir mais n'apporte rien de nouveau à l'expérience du jeu original. La mission en elle-même n'apporte aucune surprise dans son scénario et les missions insistent sur la filature et l'assassinat. Seule la fin où l'on doit résister à un assaut apporte un peu d'inédit fonctionnant correctement. Bref, rien de bien passionnant. De l'anecdotique sympathique pour ceux n'ayant pas acheté le DLC. Pour ceux souhaitant l'acheter, on vous conseille chaudement de garder vos 5 euros.

La conclusion de à propos du Jeu Vidéo : Assassin's Creed III : Benedict Arnold #3 [2012]

Auteur Bastien L.
40

Ce DLC n'est intéressant que si vous pouvez y avoir accès de manière gratuite car sinon sa faible durée de vie, sa nouvelle zone peu intéressante et son histoire peu développée en font une expérience à oublier. La note ci-dessous prend par ailleurs en compte la gratuité relative du DLC...

On a aimé

  • Gratuit si vous avez acheté le jeu neuf
  • West Point, une nouvelle zone
  • L'assaut final

On a moins bien aimé

  • Trop cher même pour 5 euros
  • Très dispensable
  • Une pratique commerciale douteuse
     

Acheter le Jeu Vidéo Assassin's Creed III : Benedict Arnold #3 [2012] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Assassin's Creed III : Benedict Arnold #3 [2012] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Assassin's Creed