Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Dark Vador [2017], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 9 octobre 2022 à 09h00

La Quête de Vador

Univers Officiel

Si la galaxie Star Wars comporte un bon nombre de personnages aussi cultes qu'iconiques, il semblerait qu'aucun n'arrive à la cheville de Dark Vador qui a eu le droit à une multitude de récits dans l'Univers étendu dont une série régulière de comics en 2015.

Retour en 2012 et le rachat de Lucasfilm (donc de la licence Star Wars) par Disney et la décision de créer un nouvel Univers étendu en supprimant l'ancien. L'autre effet était que les récits en comics quittaient l'éditeur Dark Horse pour retourner chez Marvel (autre propriété de Disney) qui mit en chantier de nouvelles séries en 2015. Parmi ces nombreux projets, il y avait des mini-séries mais aussi deux séries régulières devant faire le lien entre Un Nouvel Espoir et L'Empire Contre-Attaque pour les héros des films (dans la série sobrement intitulée Star Wars) et pour le grand méchant avec la série Dark Vador. S'étalant entre 2015 et 2016, cette série compta 25 épisodes (ou issues) avec à sa barre le scénariste britannique Kieron Gillen. Après des débuts chez Images Comics à la fin des années 2000, il fit son chemin chez Marvel s'occupant de séries principales ou dérivées de licences telles que X-Men, Thor et Les Vengeurs. Il collabora avec l'Espagnol Salvador Larroca aux dessins, lui aussi un habitué de la Maison des Idées avec des travaux sur Ghost Rider, X-Men ou Iron Man... Pour ce qui est de sa parution française, la série Dark Vador connut quatre sorties différentes chez Panini Comics : dans le kiosque Star Wars puis ensuite dans 4 tomes puis réunie dans deux tomes dits « Deluxe » et enfin intégralement dans un un pavé de plus de 700 pages intitulé Dark Vador Absolute. C'est ce dernier qui est ici critiqué sachant qu'il comprend aussi le crossover entre les séries Star Wars (ici scénarisée par Jason Aaron et dessinée par Mike Deodato Jr) et Dark Vador aussi sortie en un seul tome chez nous sous le nom de Vador Abbatu.

La série se déroule peu de temps après Un Nouvel Espoir alors que l'Empire vient de subir une cinglante défaite après l'explosion de l'Etoile Noire par les Rebelles. Une défaite qui disgracie Dark Vador au yeux de son maître l'Empereur Palpatine. Vexation suprême, Vador est à présent sous les ordres du Grand Amiral Tagge (celui que Vador étrangle dans l'épisode IV) et un homme mystérieux semble se rapprocher de l'Empereur. Dark Vador va donc devoir remplir des missions de lutte contre le crime organisé et les Rebelles sous les ordres de Tagge tout en ayant dans les pattes un superviseur. Vador a pourtant d'autres projets et a besoin de l'aide de l'archéologue criminelle Docteur Aphra pour lui dégoter son armée privée à commencer par deux droïdes meurtriers Triple-0 et BT-1 (sortes de pendant maléfiques de C3-PO et R2-D2). Grâce à Aphra, il va découvrir l'existence du scientifique Cylo s'étant affranchi de la bioéthique pour créer des combattants/stratèges capables de remplacer Vador et que l'Empereur va mettre en concurrence. Tout en travaillant à regagner la confiance de son maître en gardant notamment la vie sauve, Vador va aussi lancer des chasseurs de primes à la poursuite du pilote ayant fait exploser l'Etoile Noire car il a senti sa puissance dans la Force. Si Vador apprend l'existence de Luke Skywalker, cela pourrait remettre en perspectives beaucoup de choses...

 

La série se découpe en quatre arcs principaux (plus le crossover) avec évidemment une intrigue au long cours à savoir les machinations de Dark Vador pour rester le numéro 2 de l'Empire via son affrontement plus ou moins à distance avec Cylo et ses créations. Une histoire finalement très efficace et très plaisante à suivre où le divertissement est roi via de nombreuses péripéties et autres personnages secondaires comme tertiaires s'avérant très souvent réussis. Kieron Gillen rend justice à Vador avec ce personnage en forme de monolithe noir extrêmement implacable, violent quand il le faut ayant une grande foi envers le Côté Obscur tout en sachant très bien utiliser le sarcasme. Le personnage reste ainsi fidèle à celui de la Trilogie OriginaleGillen questionne en partie son identité comme ce qu'il reste de son humanité via ses recherches comme découvertes concernant Luke Skywalker. L'autre grande force de Kieron Gillen est de créer des personnages secondaires vraiment marquants comme l'intrépide et machiavélique Docteur Aphra (sorte de décalque de Indiana Jones mais avec une moralité discutable) souvent accompagnée de Triple-0 et BT, droïdes assoiffés de sang assez délirants. On retient aussi Cylo et ses abominations comme la pragmatique reine Trios de Shu-Torun où Vador va devoir mener une guerre civil dans le 3ème arc.

L'histoire impose avec brio son ambiance space-opera car l'ensemble est très rythmé où l'on contrebalance l'aspect taiseux de Vador par les très bons personnages secondaires plus volubiles présentés plus haut. On a le droit à des visites sur Tatooine comme sur Géonosis dans des lieux inconiques de la saga renvoyant forcément au passé de Anakin/Vador. Mais on découvre aussi quelques repères de bandits, on a le droit à un passage sur Naboo comme un long arc sur Shu-Torun, planète minière où la lave est omniprésente s'avérant assez intéressante avec ses Ducs Miniers se liguant contre la Monarchie. L'autre lieu est important est Vrogas Vas, lieu du crossover Vador Abattu co-scénarisé par Jason Aaron et Kieron Gillen. Un affrontement au long cours alors que Vador, Aphra, BT et Triple-0 se retrouvent coincés sur la planète devant faire face aux Rebelles dont Han, Leia, Luke, Chewbacca, R2-D2 et C-3PO. Tous ne se rencontrent pas mais cela offre de belles dynamiques avec une histoire bien rythmée où chaque protagoniste a son moment de gloire. Le seul reproche que l'on peut faire à l'histoire de cette série vient des délires de Cylo qui sévit depuis une flotte de baleines de l'espace transformées en vaisseaux comme ses créations qui sont quand même parfois assez grotesques. On peut aussi voir que les caractérisations des personnages secondaires fonctionne bien de prime abord mais qu'elles manquent quand même d'évolution convaincantes.

 

Pour ce qui est des dessins, Salvador Larroca livre un travail avant-tout correct. Le dessinateur espagnol connu pour son excellent rythme de travail ne semble pas toujours forcer son talent. Il détient un réel sens de la mise en scène sachant très bien introduire les personnages et offrir un découpage très dynamique. La rencontre entre Vador et Jabba en est un très bon exemple. On le sent aussi très à l'aise avec les scènes dans l'espace où ses affrontements sont souvent très beaux. On apprécie aussi son travail sur les différentes ambiances des planètes visitées nous permettant de voyager dans la galaxie Star Wars. L'Espagnol nous offre aussi des pleines pages et doubles pages assez impressionnantes où l'on sent une plus grande application. Il n'arrive malheureusement à rendre très crédibles les créations de Cylo (personnage s'inspirant de son propre visage) qui semblent souvent grotesques et en décalage avec le reste de l'univers. Le réel problème vient des visages des personnages humains étant clairement le point faible de Larroca. Ils sont trop changeants d'une case à l'autre par moments et on a du mal à les retenir. De plus quand il dessine des personnages issus des films, il cherche trop la ressemblance sans vraiment y parvenir donnant un côté un peu dérageant. Enfin les scènes d'action sont un peu faiblardes et on a du mal à ressentir la puissance de Vador malgré quelques bonnes idées à l'occasion. Bref, les dessins ne resteront pas vraiment dans nos mémoires et on prend plus de plaisir à lire ces aventures de Vador qu'à les regarder... Sur Vador Abattu, c'est Mike Deodato Jr qui en dessine la moitié s'avérant bien plus satisfaisant offrant ainsi une petite bouffée d'air frai. Quant à la colorisation de l’ensemble, du très classique et efficace.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Dark Vador [2017]

Auteur Bastien L.
73

Dark Vador est une série vraiment plaisante à lire qui permet aussi d'apporter quelques éléments importants de la saga afin de comprendre ce que manigançait le Seigneur Noir des Sith entre les deux premiers films. Une histoire bien rythmée où Vador fait parler sa classe comme sa puissance aux côtés de personnages secondaires (alliés comme ennemis) largement créés pour l'occasion et s'avérant réussis. Pour ce qui est des dessins, on oscille malheureusement entre le très correct (parfois sublimé) et le peu convaincant...

On a aimé

  • Un divertissement efficace
  • Un Dark Vador fidèlement adapté bien entouré par une galerie de personnages secondaires inédits
  • Des dessins réussissant parfois à se sublimer

On a moins bien aimé

  • Les dessins assez oubliables
  • Les visages humains
  • Cylo et ses délires

Acheter la Bande Dessinée Star Wars : Dark Vador [2017] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars : Dark Vador [2017] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Star Wars