Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Poe Dameron, Tome 1 [2016], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 24 juillet 2021 à 09h00

Des pilotes et des droïdes

Univers officiel

Depuis le retour de la licence Star Wars dans le catalogue Marvel, la maison des idées a développé une politique de séries au long-cours comme de mini-séries généralement centrées sur un personnage en particulier dont Poe Dameron.

Personnage secondaire du Réveil de la Force devenu personnage principal de la Postlogie, Poe Dameron est le meilleur pilote de la Résistance, un combattant hors-pair, cool et un peu tête brûlé. Au début du film de J.J. Abrams, cet homme de confiance de la Princesse Leia est chargé de trouver une carte menant à Luke Skywalker via l'explorateur Lor San Tekka. C'est justement cette quête pour trouver l'explorateur que la série Poe Dameron souhaite conter en confiant la tâche au scénariste Charles Soule. L'Américain a enchaîné plusieurs projets Star Wars à savoir le sympathique mais dispensable Lando puis le décevant mais sublime Obi-Wan & Anakin. Il est accompagné aux dessins par Phil Noto dont la douceur des traits nous avait déjà enchanté sur la mini-série Chewbacca. Les deux hommes décident de commencer avec un arc assez court de trois épisodes que Panini Comics édite en intégralité dans ce premier tome. Mais comme cela fait un peu maigre pour un album, il a été décidé de rajouter deux autres récits déconnectés des aventures de Poe Dameron : un récit mettant en scène C-3PO avant Le Réveil de la Force censé nous expliquer l'origine de son bras rouge. L'autre récit met en scène le petit droïde BB-8 faisant des siennes sur une base de la Résistance.

Le gros de cet album est donc le premier arc des aventures en comics de Poe Dameron dans un récit intitulé L'Escadron Black. Il se situe après l'intéressant roman jeunesse Avant le Réveil alors que le pilote de la Résistance vient de voler une information destinée au Premier Ordre. Il s'agit de la localisation de l'explorateur spécialiste des Jedi Lor San Tekka qui, selon la Princesse Leia, serait capable de donner des pistes quant à l'emplacement de son frère Luke Skywalker. Leia demande à Poe de retrouver l'explorateur en créant sa propre équipe, l'Escadron Black comprenant quatre pilotes de X-Wings, un pilote de A-Wings ainsi que leurs droïdes dont BB-8. Les recherches commencent sur une planète isolée où Poe et BB-8 découvrent une cité souterraine censée veiller sur un étrange artefact. En parallèle, le Premier Ordre charge l'Agent Terex, aussi expérimenté qu'impitoyable, de retrouver Poe Dameron afin de récupérer l'information volée...

On doit avouer que la série commence assez doucement avec ce premier arc qui peine à complètement convaincre. L'histoire est assez plaisante à lire avec notamment le personnage de Poe Dameron aussi charismatique que dans les films dont on apprécie le duo avec BB-8. L'Agent Terex est aussi un personnage intéressant étant un méchant assez original dans l'univers de Star Wars doté d'un passé intriguant. Mais on reste quand même sur notre faim car les autres pilotes sont trop secondaires, que l'histoire ne se concentre que sur les péripéties avec l'intervention de créatures qui ne plairont pas à tous. Bref, cela manque clairement de contenu tant dans le contexte que dans la profondeur de l'histoire sans pour autant que cela soit mauvais. Les liens avec les autres œuvres Star Wars sont solides mais ne peuvent étancher notre soif de curiosité sur les événements situées entre Le Retour du Jedi et Le Réveil de la Force. On attend mieux de Charles Soule pour le prochain tome.

 

Pour ce qui est des dessins de Phil Noto, on a clairement affaire à l'oeuvre d'un grand artiste. L'homme est pétri de talent avec un travail incroyable sur les visages, de magnifiques décors et une bonne maîtrise de tout ce qui fait l'univers Star Wars. Néanmoins on peut se demander s'il était le meilleur choix possible pour une série devant mettre en scène les exploits de pilotes de vaisseaux. On sent que les combats aériens sont plus difficiles à maîtriser pour lui car cela manque vraiment de dynamisme et surtout de sueur. Phil Noto a un style très propre pour ne pas dire gentillet jusque dans sa coloration très chaude qu'il assure lui-même. Bref, peut-être un peu trop Disney dans l'approche artistique... C'est donc très agréable à l'oeil mais on pense pour l'instant à une erreur de casting.

 

L'histoire mettant en scène C-3PO s'avère bien plus satisfaisante. Elle raconte une mission de la Résistance à laquelle participe C-3PO et qui tourne mal puisque la navette s'écrase sur une planète hostile tuant tous les humains. L'équipe restante de droïde hétéroclite va devoir survivre et tenter de préserver les informations relatives à la captivité de l'Amiral Ackbar. Si l'approche toujours intéressante de mettre en scène un commando bigarré dans ce qui s'apparente à une mission suicide fonctionne bien, le scénariste James Robinson (Terminator, Starman...) développe des thèmes intéressants sur la condition des robots et sur leur capacité à avoir des sentiments sans oublier de nous expliquer brillamment pourquoi C-3PO a un bras rouge dans Le Réveil de la Force. Pour les dessins, son collaborateur sur Starman Tony Harris fait des merveilles avec un style très 80's. Couleurs chaudes et dessins très chargés sont au programme avec un aspect très rugueux pour représenter la faune et la flore qui proposent de jolis monstres. Tout le monde ne sera pas fan mais à mon sens cela fonctionne vraiment par son originalité, sa très grande qualité et surtout par un sens de la mise en scène aussi novatrice que légitime pour raconter au mieux l'histoire. Des cases de toutes les formes, des pleines ou doubles-pages sublimes. Bref, la pépite de ce premier tome sur 30 pages remarquables.

 

La dernière histoire est aussi courte que dispensable apparaissent plus comme un sympathie bonus. On y suit BB-8 qui va tout faire pour rapprocher deux membres de la Résistance qui n'osent pas s'avouer qu'ils s'apprécient. L'ensemble est très mignon et cartoon comme le veut le style de Chris Eliopoulos qui scénarise et dessine. Vite lu, vite oublié.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Poe Dameron, Tome 1 [2016]

Auteur Bastien L.
70

Le premier tome des aventures de Poe Dameron est aussi satisfaisant que décevant. Cela s'explique par une aventure principale plaisante à lire mais qui peine à nous enthousiasmer comme à tenir ses promesses tant pour son histoire que pour ses dessins. On retient surtout l'histoire mettant en scène C-3PO comme étant un des meilleurs comics Star Wars faits par Marvel depuis le retour de la licence dans son giron.

On a aimé

  • L'histoire centrée sur C-3PO
  • La série Poe Dameron assez prometteuses
  • Album très agréable à l'oeil

On a moins bien aimé

  • Une histoire peinant à démarrer
  • Un peu tiré par les cheveux
  • Le choix de Phil Noto aux dessins peine à convaincre

Acheter la Bande Dessinée Star Wars : Poe Dameron, Tome 1 [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars : Poe Dameron, Tome 1 [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Star Wars